Mauvais payeurs : peur de les relancer ?

Vous lui avez livré sa commande dans les temps. Vous avez bien bossé et respecté vos engagements.

Pourtant, lui, ne semble pas aussi réglo que vous quand il s’agit d’honorer ses obligations.

Cet individu, c’est votre client, plus précisément le type de client qui entre dans la case mauvais payeur.

Il était censé vous régler votre facture il y a 3 mois et vous ne voyez toujours rien venir.

Dans le fond, vous savez bien que vous avez tout intérêt à lui passer un coup de fil ou à lui envoyer un courrier pour lui réclamer votre pognon. Mais voilà, vous hésitez, vous avez peur de le froisser ou de salir votre image. Alors, vous laissez traîner… en espérant qu’il se décide à vous payer un jour ou l’autre.

Malheureusement, certaines personnes sont des professionnelles de l’arnaque, des champions du monde de l’impayé.

Leur stratégie est simple : sur 10 factures dues à 10 fournisseurs qu’ils ne payent pas, ils savent pertinemment qu’il y en aura au moins la moitié qui ne les relancera jamais. Ces enfoirés n’attendent qu’une chose : que vous oubliez leur dette ou que votre facture dépasse le délai de prescription.

Et ça peut aller très vite ! Deux ans pour les particuliers et cinq ans pour les pros.

Alors, n’attendez plus pour prendre votre téléphone ou votre plume et réclamer ce qui vous revient de droit.

N’ayez pas peur, ne culpabilisez pas. Vous êtes légitimes !

Trop souvent, au cours de ma carrière, j’ai entendu des commerciaux ou des gérants me dire qu’ils avaient peur de froisser un mauvais payeur en le relançant.

Mais merde ! Peur de quoi ? De froisser un type qui ne vous paye pas, ne vous respecte pas ??

Vous croyez que si vous ne payez pas votre facture de téléphone l’opérateur dont vous dépendez va vous faire cadeau et vous laisser jouir d’Internet sans réagir ?

Vous connaissez la réponse.

Il n’y aucune raison que l’on vous prenne pour une vache à lait. Ce n’est pas parce que vous êtes une petite structure ou que vous avez la réputation d’être sympa que certains clients doivent s’autoriser à vous la faire à l’envers.

Prenez votre téléphone et remettez les pendules à l’heure.

Il n’y a pas de temps à perdre.

Bien entendu, j’imagine que le recouvrement de créances n’est pas forcément votre point fort ou votre spécialité.

La bonne nouvelle, c’est que c’est la mienne.

Alors, si vos clients ne vous payent pas et que vous ne savez plus quoi faire pour récupérer votre argent, rejoignez ma liste de contacts privés et recevez par e-mail les meilleures techniques de recouvrement. C’est par ici !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.