Sidetrade recouvrement : j’ai testé pour vous

Sidetrade est un « logiciel » qui permet aux entreprises de gérer le recouvrement de leurs créances.

Si j’écris logiciel entre guillemets, c’est parce qu’il n’en ait pas vraiment un, au sens traditionnel du terme.

Un logiciel de recouvrement est un programme que vous achetez ou louez à un éditeur et que vous installez sur votre ordinateur.

Tandis que Sidetrade se présente sous la forme d’une interface : tous les matins, quand vous arrivez au bureau, vous vous connectez sur une page web avec vos identifiants et avez accès à votre plateforme de recouvrement de créances. En clair, vous ne stockez rien chez vous et en place de louer ou acheter, vous payez un abonnement.

J’ai eu l’occasion durant ma carrière de chargé de recouvrement de tester plusieurs logiciels ainsi que la solution Sidetrade. Je vous le dis de suite, Sidetrade est au-dessus du lot en termes d’efficacité (du moins, comparé aux autres logiciels classiques sur lesquels j’ai pu bosser).

Si vous avez été démarché par un commercial de chez eux, ou que l’un de vos collègues vous tanne d’adopter leurs solutions de recouvrement, alors soyez attentif à ce qui va suivre.

Pour entrer dans le vif du sujet sans toutefois entrer dans les détails (sinon, ce n’est pas un article que je dois faire, mais une thèse), nous allons passer en revue les avantages et les inconvénients de Sidetrade (qui, je le rappelle, sont uniquement basés sur ma propre expérience).

Quels sont les avantages de Sidetrade ?

Avantage n°1 :

Tout ou presque est inclus dans leurs packs (qui évoluent en permanence). En clair, Sidetrade vous permet de créer vos propres scénarios de relance, de générer des reporting et des stats détaillés, de programmer des envois de mails automatiques en interne, de créer vos agendas personnalisés, de lancer des campagnes de relances clients ciblées, d’automatiser l’envoi de vos e-mails et courriers de relance, d’enrichir vos fiches clients, de calculer vos DSO, de personnaliser vos relances en fonction de la structure de vos clients, d’ajouter des commentaires sur vos factures… etc.

Le point positif de leurs offres est qu’elles vous permettent de gérer tout votre recouvrement de créances sur la même interface et au quotidien, c’est loin d’être négligeable.

Avantage n°2 :

Sidetrade est un produit qui se personnalise. Vous choisissez les options qui vous intéressent, refusez celles qui vous paraissent inutiles. Et comme ce n’est pas figé, vous pouvez à tout moment ajouter, modifier ou supprimer ces options.

Avantage n°3 :

La prise en main est facile. L’outil se présentant comme un site internet, n’importe qui (ou presque) se familiarisera rapidement avec l’outil. Si vous êtes capables de commander une poêle à frire sur Amazon ou de publier une annonce sur Leboncoin, vous serez capable d’utiliser Sidetrade.

Durant la période où j’ai travaillé sur Sidetrade, j’ai formé plus de 200 salariés, stagiaires, CDD ou contrats pros à son utilisation.

Et à moins de tomber sur un « handicapé » du clavier ou un « webophobe », deux petites heures de formation suffisaient à les rendre (semi) autonomes. Evidemment, il faut un peu plus de temps pour maîtriser l’ensemble de la plateforme de recouvrement et en comprendre les subtilités, mais au moins, ils pouvaient commencer à bosser dessus et à faire leurs premières relances clients au bout d’une demi-matinée.

Quels sont les inconvénients de Sidetrade ?

Inconvénient n°1 :

Comme souvent dans la vie, tout a un prix. Et si Sidetrade vous propose des dizaines d’options et des possibilités immenses de personnalisation, sachez que tout n’est pas gratuit. Acquérir Sidetrade, c’est comme acheter une bagnole chez le concessionnaire : on vous propose un prix de base qui inclut le minimum dont vous avez besoin pour conduire, mais si vous voulez plus de performances et plus de services, vous allez devoir sortir (de nouveau) le porte-monnaie.

Inconvénient n°2 :

Si son utilisation est à la portée de votre grand-mère ou d’un enfant de 5 ans, sa programmation est une autre paire de manches. En effet, avant de pouvoir en profiter, il va vous falloir définir et personnaliser un tas de choses, et notamment vos scénarios de relance.

Et je ne vous cache pas que ce n’est pas aussi simple que ça en à l’air et qu’il vous faudra quand même quelques notions en informatique et un bon esprit de logique. Heureusement, Sidetrade vous offrira une formation poussée chez vous ou dans leurs locaux afin de tout vous expliquer (enfin, je crois que c’est inclus dans leur offre de base, à vérifier auprès d’eux tout de même).

Dans le cas où vous n’auriez ni les compétences, ni l’envie de tout programmer vous-même, sachez qu’ils peuvent le faire pour vous (mais bien entendu, cela a un coût).

Inconvénient n°3 :

Sidetrade est une solution ultra efficace et ultra-adaptable à vos besoins, mais elle n’est pas faite pour tout le monde.

Difficile de vous donner un chiffre précis, mais je dirais que si vous avez moins de 500 clients, alors passez votre chemin. Le jeu n’en vaut pas la chandelle. Ce serait un peu comme conduire une Lamborghini dans une zone piétonne limitée à 30 km/heure.

De même, si le nombre et le montant de vos impayés est minime, pas la peine de vous offrir ce luxe, qu’il s’agisse de Sidetrade ou de tout autre logiciel de recouvrement. Si vous avez 12 factures impayées par an, prenez votre plume et votre téléphone et cela suffira amplement.

Conclusion : devez-vous prendre Sidetrade ?

Pour résumer tout ça par une illustration, prenons deux cas de figures :

1er cas :

Vous êtes le gérant, le chef comptable ou le DAF d’une boîte de 200 salariés. Vous avez 2 000 clients issus de divers secteurs, vos impayés s’accumulent inexorablement et vous commencez à comprendre que la gestion de vos impayés via un vieux fichier Excel tout pourri ne vous mène pas à grand-chose. De plus, Monique, la comptable à qui vous avez confié la gestion de vos impayés, est à deux doigts du burn-out à force de passer des coups de fil aux mauvais payeurs et de lécher les enveloppes de vos mises en demeure.

→ Sidetrade est une solution qui peut vous correspondre.

2ème cas :

Vous êtes le patron d’une PME de 10 salariés. Vous bossez avec une cinquantaine de clients et vos impayés se limitent à une dizaine de factures chaque mois. Heureusement, Christine, votre secrétaire, se débrouille très bien toute seule dans la gestion de vos impayés : elle connaît tous vos clients,  elle consacre son mardi matin aux relances téléphoniques (et cela permet de débloquer les paiements dans 70 % des cas). Bref, vous avez autant besoin d’un logiciel de recouvrement de créances que moi j’ai besoin d’un brushing (j’ai le même souci que Bruce Willis et Michel Blanc).

→ Sidetrade n’est pas une solution qui peut vous correspondre.

Pour terminer, je précise que je n’ai rien à gagner à vous vanter les mérites de cette société (pas d’affiliation, pas de commissions). Cet article n’est pas une pub, mais un simple avis qui je l’espère, vous aidera à prendre votre décision.

Si un support et une bonne organisation sont les bases d’une stratégie de recouvrement de créances efficace, n’oubliez pas que c’est avant tout un état d’esprit à adopter.

P.S :  Vos clients ne vous payent pas et vous ne savez plus quoi faire pour récupérer votre argent ? Rejoignez ma liste de contacts privés et recevez par e-mail les meilleures techniques de recouvrement. C’est par ici !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.