Thomas Cook : la leçon à retenir

Partager cet article

La faillite du voyagiste va emporter du monde sur son passage.

Outre le probable licenciement économique de la majorité des employés, le placement en redressement judiciaire du mastodonte Thomas Cook va toucher plusieurs centaines d’entreprises, dont certaines resteront sur le carreau.

Les impayés de Mister Cook

Et pour cause, le montant total des factures impayées laissé par le tour-opérateur est estimé à plus de 200 millions d’euros ! Un coup de couteau dans le dos du secteur du tourisme.

En effet, la défaillance de Thomas Cook va entraîner la fermeture immédiate de plus de 500 hôtels, rien qu’en Espagne. Le voyagiste assurait à lui seul le remplissage de 100 de ces hôtels, tandis que pour les 400 autres, il générait de 30 à 70% des réservations !

Thomas Cook était le deuxième tour-opérateur d’Espagne avec plus de 7,3 millions de touristes en 2018, soit 9% du nombre total de visiteurs. Les Baléares, très prisés des touristes, serait la région la plus touchée de la péninsule espagnole.

thomas-cook-redressement-judiciaire-factures-impayees-hotelerie-espagne

Mais il n’y a pas que l’Espagne qui va subir de plein fouet les conséquences de cette faillite :

L’hôtellerie tunisienne devra éponger une ardoise de plus de 60 millions d’euros d’impayés laissée par le voyagiste britannique. Un beau cadeau d’adieu !

Alors, que retenir de la mésaventure Thomas Cook ?

Eh bien, si l’on se place du côté des créanciers, qui sont pour l’essentiel des hôteliers, on peut se poser une question :

Comment des entreprises ont-elles pu bâtir un business qui dépend de 30 à 100 % d’un seul client ?

C’est de la folie pure ! C’est jouer à la roulette russe ! C’est se tirer une balle dans le pied que de confier sa destinée à une seule entité dont on ignore tout de sa santé financière.

Ces centaines d’hôteliers qui se retrouvent aujourd’hui dans la merde jusqu’au cou doivent se remémorer cet adage si juste :

On ne met pas tous ses œufs dans le même panier.

Mais voilà, il est trop tard.

Le redressement judiciaire

D’ailleurs, j’aimerai vous rappeler ce que signifie et implique le redressement judiciaire de l’un de vos clients.

Tout d’abord, le paiement des factures qu’il vous doit est gelé.

Deuxièmement, il peut être gelé pendant 1 ou 2 ans.

Et si, par miracle, un plan d’apurement de la dette est validé par le juge, sachez que dans 90 % des cas, vous ne percevrez qu’une partie de votre créance.  En général, 30 à 50 % payable en… 5 ou 10 ans. Autant dire que d’ici là, vous aurez vous aussi fait faillite, si par malheur et erreur stratégique vous avez confié plus de 20 % de votre chiffre d’affaires à un seul et unique client.

Alors, oui, je sais, ce n’est pas évident pour tout le monde de bosser avec une clientèle diversifiée et nombreuse. Quand on débute une activité, on prend ce qui vient et on ne pense pas forcément à la potentielle défaillance de son client numéro 1.

Pourtant, l’expérience Thomas Cook nous démontre que la diversification de votre « panier » clients ne doit pas se prendre à la légère.

Tout miser sur le rouge, c’est prendre le risque de voir sortir le noir. Ne faites pas cette erreur.

P.S :  Vos clients ne vous payent pas et vous ne savez plus quoi faire pour récupérer votre argent ? Rejoignez ma liste de contacts privés et recevez par e-mail les meilleures techniques de recouvrement. C’est par ici !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.