resto baskets impaye

Un test ADN pour une facture impayée !

Partager cet article

Le resto-baskets, vous connaissez ?

Il s’agit tout simplement de se faire un bon petit repas dans un restaurant et de s’enfuir avant que n’arrive l’addition.

Un bon moyen pour manger à l’œil et faire quelques économies.

C’est ce qu’ont voulu faire deux compères dans la ville bretonne de Saint-Brieuc.

Mais au lieu d’adopter la méthode « traditionnelle », qui consiste à partir en courant quand le serveur regarde de l’autre côté, le duo d’escrocs a opté pour une alternative qui permet d’économiser son souffle et d’endormir la méfiance du gérant.

C’est ainsi que l’un des deux clients s’est présenté à la caisse avec sa carte bancaire. Bien entendu, l’opération n’a pas été acceptée par sa banque, ce que devait savoir ce dernier.

Du coup, ils sont partis en promettant de revenir régulariser cet impayé, laissant une batterie de smartphone en guise de caution…

D’une part, ils ne sont jamais revenus, et d’une autre, ils sont accusés d’avoir porté des coups à la serveuse.

Un petit resto gratos ?

Tout ça pour une somme modique de 60 euros…

Au final, les prévenus, qui ont donc été arrêtés, ont été condamnés à une amende et à une peine de prison, pour l’un d’entre eux, car ils n’en étaient pas à leur premier coup d’essai.

Un fait-divers assez banal, me diriez-vous.

Sauf que c’est la méthode utilisée pour les retrouver qui ne manque pas de faire sourire, tant on est proche des moyens déployés dans le cadre d’un meurtre ou d’un braquage.

En effet, la police (ou la gendarmerie, le journal Ouest France qui relate les faits ne le précise pas), a effectué une analyse ADN à partir des empreintes prélevées sur les verres dans lesquels ont bu les arnaqueurs.

Des moyens disproportionnés pour l’avocat de la défense. On en conviendra.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.