Comment identifier un mauvais payeur ?

Partager cet article

Être un mauvais payeur est plus qu’une attitude. Pour certains, c’est un mode de vie, une façon d’appréhender toute relation commerciale.

Ces gens sont des fléaux, des parasites, des escrocs qu’il faut éradiquer au plus vite, sous peine de vous retrouver à travailler pour la gloire. À moins que vous n’aimiez ça ?

Heureusement, les mauvais payeurs, aussi malins soient-ils, laissent toujours des indices qui permettent de les identifier. Alors, soyez aware, comme dirait Jean-Claude !

Le recouvrement préventif

Le recouvrement de créances, contrairement à ce que l’on peut penser, ne se résume pas à passer à l’action une fois l’impayé constaté. Certes, ce travail curatif constitue une partie de sa mission, mais il n’est pas le seul.

Le recouvrement de créances, pour être performant, doit aussi s’attaquer à la partie préventive. En clair, l’une de ses missions doit être d’empêcher la création de l’impayé.

Car la santé financière de votre entreprise, c’est comme votre propre santé : soit vous bouffez de la merde toute la journée, fumez comme un pompier, ne faites jamais de sport et une fois que l’on vous annonce une maladie ou une carence, vous vous faites soigner (avec le risque d’échec que cela implique). Soit vous prenez soin de votre organisme au préalable et limitez ainsi les risques de complications et de maladies.

L’idéal est de cumuler les deux : prévenir et guérir (car le préventif n’est jamais une garantie absolue dans 100 % des cas).

Pour les mauvais payeurs, c’est donc la même chose. Votre objectif doit être de les identifier avant qu’ils ne vous laissent une ardoise.

Les 3 habitudes des mauvais payeurs

Voici, pour vous aider, 3 attitudes dont raffolent les mauvais payeurs :

  • Votre client vous a passé une commande, mais rechigne à signer votre devis. Il invoque l’oubli, le manque de temps, les congés de sa secrétaire, etc. Ce premier signe doit vous alerter. Car un mauvais payeur professionnel sait très bien que sans document contractuel signé de sa part, vous ne pourrez jamais le poursuivre en justice.
  • Votre client invente des litiges. C’est un vrai emmerdeur. Pour un oui ou pour un non, il est capable de vous réclamer des délais de paiement supplémentaires ou de vous gratter une ristourne. Je parle de ce genre de client capable de vous bloquer une facture de 10 000 euros parce que votre technicien a malencontreusement arraché un morceau de tapisserie ou détérioré une prise électrique. Je parle de ce type qui refuse de vous payer une caisse de 100 bouteilles de vin parce que l’une d’entre-elles s’est brisée lors du déchargement. Bref, méfiez-vous des clients trop tatillons, ça n’augure rien de bon.
  • Une fois vos travaux terminés ou votre livraison effectuée, votre client devient injoignable. Vous tombez inlassablement sur sa messagerie, quand vous avez en ligne sa secrétaire, elle vous donne toujours une excuse (il est dans l’avion, il est en voiture, il est en réunion…) et lorsque vous lui envoyez un e-mail, vous n’avez jamais aucun retour. Une fois de plus, cet indice doit faire tilt dans votre esprit : un type (ou une femme) qui devient soudainement injoignable est en général quelqu’un qui vous prépare un mauvais coup.

Mettez en place une vraie stratégie de recouvrement préventive

Il y a un tas de méthodes et d’astuces efficaces à mettre en place pour prévenir vos impayés.

J’imagine que vous ne les connaissez pas forcément toutes ?

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de créer la formation

Combattre les Impayés à la Source

Fort de mes 12 ans d’expérience dans le recouvrement de créances, je vous ai compilé les meilleures stratégies à mettre en place pour empêcher (ou limiter) la création des impayés. Car c’est avant qu’il faut agir !

Une fois que vous aurez suivi cette formation et mis en pratique l’ensemble de mes conseils, les mauvais payeurs auront beaucoup plus de mal à vous la faire à l’envers.

La fête est finie !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.