escrocs et mauvais payeurs

Charles Ingalls se fait arnaquer !

Partager cet article

L’autre jour, alors que j’allume la télé, je tombe sur le 3 568ème épisode de La Petite Maison dans la Prairie. (Non, je n’ai pas honte !)

J’assite alors à une scène des plus ordinaires :

Deux frères d’une trentaine d’années sont dans le magasin des Oleson. Ils expliquent à Monsieur et Madame Oleson qu’ils viennent d’arriver dans le village (Walnut Grove, vous vous souvenez ?) tout en passant une grosse commande : nourriture, outillage, etc.

Ils ont acheté une vieille maison en périphérie et s’apprêtent à la retaper pour s’y installer.

Tout le monde est souriant et de bonne humeur jusqu’au moment où les Oleson leur présentent la note de leurs achats.

La maison ne fait pas crédit

Et là, surprise, les deux frères se confondent en excuse :

Ils n’ont pas d’argent sur eux. Mais ils sont dans l’attente d’un prêt de leur banque, qui devrait arriver sur leur compte d’ici 1 à 2 jours. Ils reviendront régler leur dette à ce moment-là.

Les Olson semblent dubitatifs, voire craintifs. Mais les deux frères ont l’air tellement sympas et honnêtes, que finalement, ils les laissent repartir avec tout le matériel acheté à crédit, persuadés qu’ils reviendront dès le lendemain pour les régler rubis sur l’ongle.

C’est à ce moment-là que je sens l’embrouille arriver. Ces deux frères ne m’inspirent pas confiance, moi qui suis planté devant ma télé.

Et j’avais raison !

Ces clients qui vous veulent du bien

Cinq minutes plus tard, on retrouve les deux hommes en compagnie de Charles Ingalls et d’un autre habitant du village, un type qui vend du bois.

Ils leur racontent qu’ils doivent acheter une cinquantaine de planches pour les travaux de leur nouvelle maison.

Malheureusement, le seul bois disponible immédiatement est destiné à un autre client.

Les deux frères se montrent alors insistant, mais toujours un sourire sympathique aux lèvres, arguant qu’il va bientôt faire froid (ou pleuvoir, je ne sais plus) et qu’il est urgent, vital pour eux, de pouvoir réparer leur maison.

Touchés par leur situation précaire, le cœur sur la main, Charles et son ami finissent par céder et les laissent partir avec tout le bois dont ils ont besoin.

Et devinez quoi ?

Ils n’ont pas payé !

Eh non !

Une fois de plus, les deux frangins ont déblatéré leur petit numéro :

« On est gentils, on est honnêtes, on n’a pas d’argent sur nous, mais la banque nous débloque les fonds demain et on reviendra vous payer, parole de scout ! »

Et ainsi de suite : le duo écume le village en achetant tout ce qu’ils peuvent à crédit, profitant de la naïveté et de la gentillesse des habitants de Walnut Grove.

Évidemment, une fois seuls, les deux hommes montrent leur vrai visage au téléspectateur : voyous, grossiers, alcooliques, bagarreurs et escrocs.

J’en étais sûr : ils n’ont aucune intention de payer leurs dettes et comptent bien profiter de la faiblesse de Charles et de ses amis.

À la fin, tout finit par s’arranger (ouf !) : comprenant leur petit jeu (Ils ont même essayé de voler des œufs à Caroline, vous vous rendez compte !), les habitants du village finissent par les chasser.

Faut-il faire confiance à un nouveau client ?

voisin mauvais payeurs

Sauf qu’il y a un hic : les factures demeurent impayées et ne le seront jamais.

Je vous vois déjà me dire :

« Moi, je ne me serais pas fait arnaquer aussi facilement ! »

Ah bon ? En êtes-vous si sûrs ?

Laissez-moi vous poser quelques questions :

  • Avez-vous déjà livré un client sans vous être renseignés sur sa solvabilité ?
  • Avez-vous déjà validé la commande d’un client alors qu’il n’avait pas encore signé votre devis ?
  • Avez-vous déjà effectué une prestation pour un nouveau client sans avoir pris soin d’identifier formellement votre interlocuteur ou d’avoir relevé son Siret ?
  • Avez-vous déjà cru sur parole un client vous disant qu’il attendait un prêt de sa banque, sans même exiger qu’il vous délivre une attestation de cette dernière ?
  • Un client vous a-t-il déjà promis de vous payer le 15 du mois pour ensuite ne pas respecter son engagement ?
  • Avez-vous déjà jugé un nouveau client honnête et fiable en vous basant uniquement sur son sourire, sa gentillesse ou sa politesse ?

Les impayés sont à votre porte

Si vous avez répondu « oui » ne serait-ce qu’à l’une de ces questions, alors laissez-moi vous dire une chose :

Soit vous vous êtes déjà fait abuser (ou arnaquer) par un client, soit cela risque de vous arriver bientôt.

Pourtant, il existe une stratégie pour se prémunir des mauvais payeurs : le recouvrement préventif.

L’objectif : vous créez les conditions pour empêcher l’impayé de se créer (la meilleure tactique à adopter).

PS : si vous voulez instaurer une stratégie de recouvrement préventive complète et efficace, cliquez ici pour découvrir La Méthode.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.