trump-coronavirus

L’aide d’état américaine aux plus démunis saisie par les créanciers ?

Partager cet article

Alors que l’administration Trump a commencé à envoyer ses « stimulus check » à plus de 80 millions d’Américains, un programme de relance économique visant à aider les plus démunis à surmonter la crise du Coronavirus, la presse américaine dévoile qu’un bon tiers des bénéficiaires pourrait bien ne jamais voir la couleur de cet argent.

Donald Trump fait sa pub sur les chèques

De son côté, la presse mainstream française, toujours avide de « gossips » et d’infos sans intérêts, se complaît à dénoncer l’opportunisme de Donald Trump, qui a saisi l’aubaine pour apposer son nom sur les chèques…

Certes, profiter de cette aide d’état exceptionnelle pour faire sa com. et s’attirer les louanges du peuple américain quelques mois avant les élections présidentielles est discutable, peut-être même de mauvais goût.

Mais le vrai scandale, si scandale il y a, n’est pas à chercher dans cette nouvelle provoc’ du grand blond.

Un Américain sur trois sur le point d’être saisi !

saissie-procedure-faillite

En effet, la presse américaine nous rappelle qu’un Américain sur trois est sous le coup d’une procédure de saisie et dans l’incapacité financière de rembourser ses dettes contractées.

Il s’agit principalement de prêts étudiants, de factures médicales et de crédits à la consommation. ( Vous savez, ces cartes de retrait quasi-illimité que l’on vous refile avec le sourire en vous incitant à dépenser de l’argent qui ne vous appartient pas jusqu’à que mort s’en suive ?)

Conséquence : des millions d’Américains, et parmi les plus vulnérables, pourraient ne jamais jouir des 1 200 dollars de l’aide d’état, que les créanciers sont en droit de saisir aussitôt déposés sur leurs comptes bancaires.

On aurait pu penser qu’à aides exceptionnelles s’appliqueraient mesures exceptionnelles et que l’administration Trump (ou je ne sais qui d’autre de compétent en la matière) aurait pris soin de faire passer en urgence une loi ou un décret interdisant aux « debt collectors » de saisir les fonds émanant des stimulus checks.

Que nenni…

S’agit d’une négligence ou d’une volonté ? Nous n’en savons rien.

Scandalisés par cette éventualité, qui au-delà de l’aspect éthique pose la question de la réelle efficacité de cette aide si elle venait à être saisie par les créanciers, vingt-cinq procureurs généraux ont adressé une lettre au Secrétaire du Trésor Américain, Steven Mnuchin, afin de lui demander d’interdire la saisie des stimulus checks.

À ce jour, ce dernier n’a pas répondu à cette demande.

C’est la raison pour laquelle certains Etats dont le Massachusetts, l’Ohio, l’Illinois et Washington ont pris les devants en imposant localement des mesures visant à protéger les débiteurs concernés.

Alors, me diriez-vous, que penser de tout cela et dans quel camp se positionner ?

Ma mission, celle de jeveuxmonfric.com est avant tout d’aider et conseiller les entreprises françaises face au risque d’impayés.

Les débiteurs ne sont pas toujours ceux que l’on croit

qui sont les mauvais payeurs

La réalité, c’est que beaucoup de Français prennent naturellement la défense des débiteurs, parfois au bord du gouffre et oppressés, et se plaisent à caricaturer les créanciers en méchants capitalistes assoiffés de sang et sans pitié.

Cette caricature a la dent dure, et c’est bien dommage, car les choses ne sont pas aussi manichéennes qu’elles n’y paraissent :

D’une part, il faut bien comprendre qu’une entreprise qui cumule les factures impayées peut se retrouver en danger de mort, et faire faillite. Il est donc parfaitement légitime et compréhensible qu’elle mette tout en œuvre pour se faire payer par ses clients.

D’autre part, il est important de réaliser que la majorité des créanciers ne sont pas des suceurs de sang plein aux as, mais des gens comme vous et moi, comme nos amis, nos voisins, parfois fragiles : des petits commerçants, des restaurateurs, des PME, des plombiers, des auto-entrepreneurs, des artistes, des traiteurs, des société bossant dans l’événementiel, etc.

Qui sont les mauvais élèves qui ne payent pas leurs factures ?

J’ajouterai en sus qu’un grand nombre de débiteurs ne sont pas de pauvres victimes sans le sous. Oh que non ! Parmi les plus mauvais payeurs français, vous serez surpris d’apprendre que l’on y trouve les grands noms de notre industrie, de l’agro-alimentaire et de la grande distribution.

Et quand un mastodonte de l’industrie ou de la GMS payent ses fournisseurs avec des mois de retard, ce sont nos agriculteurs, nos producteurs locaux et nos artisans qui trinquent.

Évidemment, la situation américaine que nous venons de décrire est exceptionnelle. Et dans un tel cas, je suis partisan de protéger les stimulus checks des collecteurs de dettes.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

P.S :  Vos clients ne vous payent pas et vous ne savez plus quoi faire pour récupérer votre argent ? Rejoignez ma liste de contacts privés et recevez par e-mail les meilleures techniques de recouvrement. C’est par ici !

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.