recouvrement-creances-methodes-illegales-voyou-shaun-smith

Un ex-membre de gang pour recouvrer vos factures impayées ?

Partager cet article

Il est surnommé l’agent de recouvrement le plus effrayant de Grande-Bretagne.

Son nom : Shaun Smith.

Homme de main d’un gang de Liverpool durant les années 90, son quotidien se résumait à des bastons, des histoires de racket et d’extorsion de fonds. Jusqu’au jour où il fut contraint de purger une peine de 5 ans de prison pour une infraction relative aux armes à feu.

De la rue au recouvrement de créances

Dès sa sortie, il décide de se reconvertir et de mettre ses talents de « négociateur » au service d’une cause moins risquée : le recouvrement de créances, qu’il exerce au black.

Quand la voie légale ne porte pas ses fruits, les créanciers font appel à ses services, pour le moins « borderline ».

Shaun Smith explique au journaliste du Sun qui l’a rencontré que les transactions liées à son activité se déroulent « sous la table », tout en précisant que « les vilaines choses n’arrivent qu’aux personnes mauvaises ».

En clair, t’as plutôt intérêt à payer tes dettes si tu ne veux pas qu’il t’arrive des bricoles.

Quand la justice ne fait plus son travail

justice-impayees

« Plus personne ne fait confiance à la police et à la justice de nos jours », se confie-t-il.

« Quand un mec ordinaire veut se faire payer rapidement, je suis l’homme de la situation. Je suis moins cher qu’un avocat et plus rapide que le verdict d’une cour », ajoute Shaun.

Ce chargé de recouvrement un peu spécial rachète les dettes de ses clients. L’argent qu’il recouvre par la suite est donc le sien, d’où cette légère tendance à de ne jamais lâcher l’affaire :

« Je n’abandonne jamais tant que je n’ai pas récupéré ce qui m’appartient. »

Des débiteurs poignardés !

Quand il bossait pour un gang de Liverpool, Shaun confesse qu’il a « vu des types se faire cramer, mutiler, poignarder, tirer dessus et même se faire violer pour les contraindre à payer [leurs dettes]. »

« Je n’ai jamais dit que j’avais fait cela. Mais je l’ai vu. »

Ouf, nous voilà rassurés…

Shaun raconte qu’il s’est rendu un jour au domicile de l’un de ses débiteurs. Ce dernier étant absent, il a laissé un petit message à son attention :

« Dites-lui que je suis venu chercher l’argent qu’il me doit. Il sait qui je suis. »

Quelques heures plus tard, Shaun reçoit un e-mail du débiteur qui le menace d’aller voir les flics et de porter plainte pour harcèlement. 

Pourtant, une semaine seulement après sa visite de courtoisie, un retournement de situation s’opère : ce même débiteur lui passe un coup de fil pour l’informer qu’il veut en finir avec cette histoire et régler ses « factures » au plus vite.

« Je lui ai dit :  tu me files un acompte de 10 000 £ en cash, puis 250 par semaine. »

On sait où t’habites, mec !

On sait où t’habites, mec !

On ne sait pas exactement ce qui a convaincu le débiteur de passer à la caisse, mais d’après les propos de Shaun, on peut se faire sa petite idée :

« Il sait que nous savons où il habite et que nous pouvons revenir à tout moment. De plus, je sais que sa femme travaille dans une école du quartier et je pourrais lui rendre une petite visite pour l’informer de ce qu’a fait son mari. »

On peut penser ce que l’on veut de la méthode Shaun, mais une chose est sûre : elle est efficace !

Un recouvrement plus traditionnel

Mais si vous préférez adopter des techniques plus conventionnelles pour recouvrer vos impayés, alors, formez-vous en ligne et découvrez comment faire passer vos clients à la caisse sans avoir besoin de leur casser les genoux.

Source : https://www.thesun.co.uk/archives/news/851270/britains-scariest-debt-collector/

Partager cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.